• Français
  • English

Arthrite de la hanche

Maladie Dégénérative Articulaire – Hanche (arthrite)

L’arthrose ou maladie dégénérative des articulations est la forme la plus fréquente  d’arthrite qui atteint le plus souvent les hanches, les genoux, les chevilles, ainsi que les articulations du pied. L’arthrose est aussi connue comme l’arthrite de l’usure” car le cartilage s’est usé tout simplement. Quand le cartilage se détériore, l’os frotte contre l’os, causant une douleur et une incapacité.  La cause la plus fréquente de l’arthrose est génétique, puisque la durabilité du cartilage de chaque individu est conditionnée par les gènes. Si vos parents font de l’arthrite, vous pourriez être exposé à un risque accru de  maladie articulaire dégénérative.

Symptômes

La douleur est le symptôme le plus fréquemment rencontré chez les patients  souffrant d’arthrose. La douleur dans la maladie dégénérative articulaire de la hanche est habituellement décrite comme siégeant au niveau de l’aine ou de la cuisse. La douleur est fréquemment aggravée par l’activité et soulagée par le repos. Elle peut survenir la nuit et, dans les cas graves, empêcher le sommeil. Les patients atteints d’arthrite de la hanche ont également tendance à avoir une raideur et souvent à boiter lorsqu’ils marchent. Ils peuvent avoir de la difficulté à monter et à descendre les escaliers et à enfiler leurs chaussures et leurs chaussettes.

Causes

La cause la plus fréquente de l’arthrose est génétique, puisque la durabilité du cartilage de chaque individu est conditionnée par les gènes. Si vos parents ont de l’arthrite, vous pourriez être exposé à un risque accru de  maladie articulaire dégénérative. De plus, l’arthrose peut être la conséquence d’un traumatisme ancien, de maladies métaboliques comme la goutte, d’une chirurgie précédente, ou le résultat de votre propre constitution anatomique.

Définitions de l’arthroplastie antérieure mini-invasive (MIS)

La chirurgie peu invasive ou mini-invasive est caractérisée par une incision plus petite que celle pratiquée dans les techniques traditionnelles. Cependant, il est erroné de penser que la longueur de l’incision est l’élément déterminant de la qualité du résultat et de la rapidité de récupération post-opératoire.  En réalité, la rapidité de récupération post-opératoire dépend très peu de la longueur de l’incision ; elle est plutôt déterminée par de multiples facteurs y compris l’étendue de l’arthrite traitée, la qualité de la technique chirurgicale, la prise en charge post-opératoire de la douleur et les protocoles de rééducation. Sans doute l’une des plus importantes caractéristiques de mon programme de remplacement de la hanche, concerne les protocoles optimisés de prise en charge de la douleur pour une récupération rapide, indépendamment de l’approche chirurgicale utilisée.

Dans la chirurgie mini-invasive de remplacement de la hanche, les incisions pratiquées sont plus petites que par le passé et aucun muscle n’est détaché ou sectionné. Il est important de réaliser néanmoins que dans tous les cas, les techniques mini-invasives s’accompagnent d’un traumatisme des tissus.

Une chirurgie peu invasive intègre en pré et post-opératoire des parcours particuliers pour l’anesthésie, les soins infirmiers et la rééducation. Ceux-ci ont facilité les protocoles de sortie précoce qui permettent à nos patients de rentrer chez eux peu de temps après la chirurgie. Tandis que certains patients sont hospitalises pendant 2-3 jours, beaucoup maintenant sortent le jour suivant, s’ils le souhaitent.

Ce qu’il y a lieu de discuter avec votre chirurgien

Vous devriez avoir une bonne compréhension des objectifs de votre chirurgie de remplacement de l’articulation avant de procéder. Une discussion au sujet d’une chirurgie de remplacement articulaire doit inclure une revue de la technique suggérée par votre chirurgien. Si votre chirurgien propose une chirurgie minimalement invasive ou avec une petite incision, demandez à connaitre les risques et les avantages potentiels à court et long terme de ce type de chirurgie. Examinez ses résultats spécifiques actuels de chirurgies minimalement invasives réalisées pour fracture, infection, caillot sanguin, lésion nerveuse ainsi que le taux de luxations. Les complications sont apparemment plus fréquentes quand on a affaire à un chirurgien moins expérimenté dans ce type d’intervention. Renseignez-vous sur ses qualifications, sa compétence et sa maitrise de la technique. La compréhension de l’évolution postopératoire habituelle, y compris l’hospitalisation, la perte sanguine, la rééducation, et le retour au travail sont des points importants.

Définition

L’arthrite désigne simplement l’inflammation d’une articulation entrainant de la douleur, un œdème, une raideur, une instabilité et souvent une déformation. Une arthrite sévère de la hanche accompagnée de douleur peut interférer avec les activités de l’individu et restreindre son mode de vie. Si vous éprouvez une douleur à la hanche due à une arthrite de la hanche, il est important de savoir qu’il existe des traitements.

Une articulation peut être affectée par divers type d’arthrites. Parmi les plus communes, citons l’arthrose (maladie articulaire dégénérative), l’arthrite rhumatoïde, l’arthrite psoriasique, et le lupus. Les arthrites rhumatoïde, psoriasique, et lupique, sont souvent associées à d’autres maladies qui pourraient nécessiter les soins d’un rhumatologue ou d’un autre médecin spécialiste.

L’arthrose, ou maladie dégénérative des articulations, est la forme la plus fréquente  d’arthrite qui atteint le plus souvent les hanches, les genoux, les chevilles, ainsi que les articulations du pied. L’arthrose est aussi connue comme l’arthrite de l’usure” car le cartilage s’est usé tout simplement. Aussitôt que le cartilage se détériore, l’os devient soumis à un niveau de stress plus important, entrainant la douleur, la raideur et l’incapacité. Une arthrite sévère s’accompagnant d’une détérioration de tout le cartilage, résultera en un frottement des os  l’un contre l’autre, ce que certains appellent “bone on bone arthritis”.

FAQ

Comment un médecin peut-il diagnostiquer une arthrite?

Si vous ressentez actuellement une douleur à la hanche légère ou sévère, vous devriez fixer un rendez-vous avec un spécialiste. Les médecins posent le diagnostic d’arthrite à l’aide de l’histoire de la maladie, d’un examen clinique et de radiographies de la hanche.

Combien de temps resterai-je hospitalisé?

La plupart des patients rentrent chez eux le jour qui suit la chirurgie de remplacement total de la hanche. Votre sortie peut se faire au plus tôt  le jour même de l’intervention, ou rarement être retardée pour d’autres raisons.

Jusqu’à quel point la chirurgie de remplacement de la hanche est-elle douloureuse?

Il n’y a pas de chirurgie sans douleur, et la chirurgie de remplacement de la hanche ne fait pas exception. Cependant, la douleur post-opératoire secondaire à cette chirurgie est  très facile à gérer. Aussi en dépit de la douleur occasionnée par le geste chirurgical, Il n’est pas rare que les patients affirment ressentir un soulagement immédiat de la douleur profonde arthritique préopératoire. Bien que le ressenti de la douleur soit propre à chaque individu, la plupart des patients arrivent à surmonter sans difficulté la douleur immédiate post-opératoire résultant du remplacement de la hanche.

Comment sera prise en charge ma douleur?

La plupart des patients qui subissent une chirurgie de remplacement de la hanche sont opérés sous anesthésie spinale avec une sédation, de cette manière ils ne seront pas éveillés pendant la chirurgie. Ce type d’anesthésie a de nombreux avantages, le plus important étant la prolongation du soulagement de la douleur plusieurs heures après la chirurgie. De plus, les études ont démontré que par comparaison avec l’anesthésie générale, l’anesthésie spinale a d’autres avantages, dont une diminution de la perte sanguine peropératoire, et un risque moindre de développer des caillots sanguins aux membres inférieurs. La relaxation musculaire apportée par l’anesthésie spinale facilite aussi l’intervention chirurgicale qui  peut par conséquent, être moins traumatique pour le patient.

Après la chirurgie, d’autres antalgiques, pour la plupart à prendre par la bouche, sont prescrits aux patients. Cela peut paraitre surprenant, mais souvent la douleur post-opératoire dans le remplacement de la hanche peut être contrôlée juste par un antalgique par voie orale. Cela épargne aux patients les effets secondaires d’une médication intraveineuse plus puissante. Si l’on sent que la médication intraveineuse est nécessaire, les patients recevront habituellement des injections de manière occasionnelle, selon le degré de la douleur.  Cette dernière modalité est généralement suivie jusqu’au lendemain de la chirurgie. Par la suite, La plupart des antalgiques sont prescrits sous forme de pilule selon les besoins. Les patients quittent souvent l’hôpital avec une ordonnance des mêmes pilules que celles qui ont été efficaces durant leur séjour.

Les patients peuvent aussi soulager leur douleur par d’autres moyens que les médicaments antalgiques. Par exemple, l’application de glace et l’élévation la région de la hanche après la physiothérapie, peuvent contribuer grandement à contrôler l’œdème bien souvent responsable de l’inconfort après une telle activité.  D’un autre côté, lorsque les patients sont gênés par la raideur, faire quelques exercices, soulagera habituellement bien mieux la douleur que n’importe quelle médication.

Combien de temps durera la douleur après l’intervention?

Il est difficile de fournir une réponse précise sur ce point, mais la plupart des patients notent   un apaisement appréciable de la douleur au cours des premières 1-2 semaines après la chirurgie, qui se poursuit au cours des premiers 1-3 mois. La douleur post-chirurgicale est à son maximum les 24 à 48 heures après intervention. Par la suite les patients se sentiront mieux. Ils pourraient ressentir une augmentation de la douleur au moment des exercices ou de la physiothérapie, cependant cela peut être contourné aisément en prenant l’antalgique avant.

Puis-je prendre un médicament antalgique?

Beaucoup de patients expriment leurs inquiétudes concernant la prise d’antalgiques après la chirurgie, et particulièrement la dépendance aux narcotiques.  Bien qu’il soit possible de devenir dépendant aux antalgiques de type narcotique, ceci survient rarement quand la médication est prise de façon appropriée après l’intervention.  La douleur en phase post-opératoire est justifiée, aussi prendre une médication antalgique à ce moment est approprié. Bien souvent, on a besoin d’une dose moindre de narcotique  pour contrôler la douleur d’une personne lorsque le médicament est pris de manière adéquate – c’est-à-dire quand le patient commence à ressentir une gêne concrète. En phase post-opératoire précoce, les patients ne devraient pas ‘’se retenir’’ de prendre le médicament antalgique en pensant que la douleur va se calmer avec le temps.  Les patients qui ‘’se retiennent’’ jusqu’à ce que leur douleur devienne trop importante vont avoir besoin de plus de narcotique pour apaiser

Quels sont les effets secondaires des antalgiques?

Les effets secondaires de la médication antalgique et de l’anesthésie incluent la nausée, la constipation, les changements d’humeur et parfois une sensation de fatigue. La manifestation de ces signes ne signifie pas que le patient est allergique au médicament. Souvent, si le patient est incommodé par ces effets, on peut ajuster  la dose du médicament ou essayer un autre afin de les minimiser.

Quand aurai-je ma première visite post-opératoire au cabinet de consultation?

La première visite post-opératoire au cabinet aura lieu entre 2 et 6 semaines à  compter de la date d’intervention. Si vous avez des agrafes, elle se fera souvent 2 semaines après la date d’intervention.

Quand m’enlèvera-t-on les sutures?

Environ 2 semaines après la date de l’intervention, les agrafes seront enlevées. Certains patients n’auront pas d’agrafes ou de sutures visibles, donc il n’y aura rien à enlever.

Quand m’enlèvera-t-on le pansement?

Si vous avez un pansement particulier qui ressemble à une grande bande adhésive, vous pourrez prendre une douche avec le pansement en place.  Le pansement doit être enlevé 5 à 7 jours après la date de chirurgie. Si vous avez un pansement de gaze collé sur votre hanche, il sera retiré probablement avant votre sortie de l’hôpital. Sinon, il pourra être enlevé 2 jours après la chirurgie et donc la zone doit rester propre et sèche.

Combien de temps resterai-je sous anticoagulants (fluidifiants sanguins qui aident à prévenir la formation de caillots sanguins) ?

Habituellement,  2 à 6 semaines après l’intervention. L’aspirine est prescrite  chez la plupart des patients. Pour les autres, particulièrement ceux qui ne peuvent pas prendre  de l’aspirine, on utilise une héparine de faible poids moléculaire (Lovenox) ou la warfarine (Coumadine). Si vous êtes sous warfarine, vous devrez subir un prélèvement sanguin 1 à 2 fois par semaine et votre médecin traitant ajustera le dosage de la médication. Si vous recevez de l’aspirine ou des injections d’héparine de faible poids moléculaire, vous n’aurez pas besoin du test sanguin

Est-il normal d’avoir un œdème au niveau de la hanche, genou, jambe, cheville, et pied ?

Oui, pour trois à six mois. Pour diminuer l’œdème, élevez votre jambe et appliquez de la glace par session de 20 minutes (3-4 fois par jour).

Est-il normal de ressentir un engourdissement autour de la hanche?

Oui, il est normal de sentir un engourdissement autour de la hanche.

Pourquoi ma jambe est-elle ecchymosée?

Il est courant d’avoir des ecchymoses sur la peau. Cela vient de l’accumulation normale de sang après la chirurgie. Vous pouvez avoir des ecchymoses tout au long jusqu’à votre pied, en raison de la pesanteur.

Quel exercice dois-je pratiquer à la maison?

Veuillez s’il vous plait faire les exercices selon les instructions de votre chirurgien. Rappelez-vous que vous utilisez votre hanche chaque fois que vous vous levez et vous promenez – c’est en réalité de la physiothérapie pour votre hanche. Insistez autant que possible sur la pratique de la marche. Souvent, c’est tout ce qui est nécessaire pour guérir de manière adéquate de la chirurgie de remplacement de la hanche. De plus, vous avez peut être reçu un lien pour FORCE Therapeutics qui pourra vous guider vers les types d’exercices sécuritaires pour les suites du remplacement total de la hanche.

Pendant combien de temps aurais-je besoin de déambulateur, de canne, ou de béquilles?

Ceci varie en fonction du patient. Souvent les patients vont d’abord utiliser un déambulateur, puis une canne pendant 2 à 6 semaines habituellement. Certains patients quittent l’hôpital avec une canne/béquilles et n’ont pas besoin de déambulateur.

Dois-je prendre des précautions pour ma hanche?

Selon notre stratégie générale, il n’y a pas de précautions requises à prendre pour la hanche. Vous devez éviter ce qui est inconfortable, mais vous êtes autorisés à vous asseoir sur des chaises normales, utiliser les sièges de toilettes, monter en voiture, et vous étendre ou dormir sur le côté. Vous n’avez pas besoin d’utiliser des chaises hautes, des sièges de toilettes surélevés ou des oreillers entre vos jambes, mais il se pourrait que ces moyens soient plus confortables pour vous à la période initiale post-opératoire. Etonnamment, vous n’avez pas besoin de vous préoccuper  de l’étirement de la hanche puisque l’articulation de la hanche  va se relâcher progressivement d’elle-même dans l’intervalle de six mois après la chirurgie. Il est possible que dans des situations exceptionnelles, certains patients doivent  éviter de se pencher, de se croiser les jambes, faire une rotation au niveau de la taille- ceci vous sera spécialement expliqué par votre chirurgien.

Puis-je sortir de chez moi avant ma première visite post-opératoire ?

Oui, nous vous encourageons à le faire.

Puis-je conduire ou me déplacer en voiture avant ma première visite post-opératoire ?

Oui, vous pouvez circuler en voiture; cependant, pour conduire vous devez avoir cessé de prendre toute médication antalgique narcotique; c’est au patient que revient la responsabilité de déterminer sa propre sécurité. Habituellement, vous aurez à attendre plus longtemps avant de conduire si c’est votre hanche droite qui a été remplacée, selon votre capacité à manœuvrer le frein avec votre jambe.

Puis-je prendre l’avion avant ma première visite post-opératoire ?

Oui, vous pouvez prendre l’avion. Assurez-vous de vous lever et de bouger à de fréquentes reprises afin de prévenir la formation de caillots. Il se peut que vous soyez plus confortable dans un siège côté couloir.

Quand puis-je reprendre mes activités normales après le remplacement de la hanche?

Heureusement, la chirurgie de remplacement de la hanche non seulement restore la qualité de vie de nos patients, mais elle leur permet également de reprendre leurs activités de la vie quotidienne.  Veuillez s’il vous plait discuter les activités particulières avec votre chirurgien, car certaines d’entre elles pourraient être sujettes à des restrictions.

Quelle est la perspective à court terme?

La perspective à court terme du remplacement total de la hanche est excellente. La plupart des patients peuvent se tenir debout l’après-midi de l’intervention et commencer à  faire de l’exercice le jour même. Les patients peuvent marcher avec assurance, monter les escaliers et circuler en voiture avec l’aide de déambulateurs, béquilles ou cannes, au moment où ils quittent l’hôpital. L’œdème, l’endolorissement et l’engourdissement sont des manifestations normales pendant cette période. La plupart des patients sont debout et de retour à leurs activités dans l’intervalle des six semaines qui suivent la chirurgie. Il est normal de boiter pendant 2 à 3 mois après l’intervention.

Quand puis-je retourner au travail?

La plupart des patients reprendront le travail 1 à 3 mois après l’intervention.  Cela dépend en général du type de travail que vous faites et de la rapidité de votre rétablissement. Un travail plus sédentaire peut être effectué même avant un mois (au plus tôt une semaine). Un travail plus exigeant physiquement peut nécessiter jusqu’à 3 mois de convalescence, le temps de vous rétablir suffisamment pour retourner au travail.

Traitement

Remplacement Total de la Hanche

Quand l’usure de l’articulation de la hanche a atteint un niveau tel qu’elle ne joue plus son rôle, une hanche artificielle (appelée prothèse) en métal, plastique et céramique peut la remplacer. Le procédé chirurgical avec lequel la prothèse est implantée est désigné par le terme remplacement total de la hanche. Bien que pour certains, l’idée d’avoir une hanche artificielle puisse apparaitre comme effrayante, c’est pourtant une des procédures les plus sécuritaires et les plus efficaces. Les patients classent le remplacement total de la hanche comme l’une des chirurgies les plus satisfaisantes réalisées sur le corps humain. Le remplacement de la hanche et du genou figure parmi les procédures de chirurgie orthopédique les plus courantes et les plus réussies. Les indications pour ce type de chirurgie sont bien établies et leur succès global est documenté par une recherche extensive. On devrait voir chez la plupart des patients un soulagement important de la douleur et une amélioration de la fonction pour les 15 années ou plus suivant la chirurgie. La chirurgie mini-invasive à petite incision de remplacement de la hanche, est simplement une variation de la procédure traditionnelle de remplacement articulaire, qui englobe une gamme de modifications à la technique originale. Le patient peut quitter l’hôpital le jour suivant l’intervention et certains peuvent retourner chez eux le jour même de la chirurgie s’ils le souhaitent.

Avantages

L’avantage le plus évident du remplacement total de la hanche est le soulagement dramatique de la douleur. Presque tous les patients ont un soulagement complet, ou quasi complet de la douleur  arthritique de la hanche. La fonction s’améliore souvent  à mesure que la douleur s’estompe. La plupart des patients ayant bénéficié du remplacement de la hanche, ont d’excellents résultats, incluant une meilleure amplitude de mouvement, moins de douleur, une amélioration de l’équilibre et stabilité, et moins de boiterie.

Le remplacement total de la hanche change la bille originale et la cavité articulaire.  La cavité cotyloïdienne (acétabulum) est remplacée par une cotyle artificielle et une doublure,  et la partie supérieure de l’os de la cuisse est remplacée par une tige artificielle et une nouvelle bille (tête fémorale). Il s’agit d’une excellente procédure conçue pour améliorer le soulagement de la douleur, la mobilité et la fonction.

Complications Possibles

Les complications chirurgicales potentielles liées à la hanche incluent: le relâchement, l’usure ou la rupture de la prothèse, la luxation de la hanche, l’infection, la douleur, la raideur, la boiterie, l’asymétrie de longueur des jambes, le retard de cicatrisation des os et des tissus mous, et une formation osseuse excessive (hétérotopique). D’autres complications rares comprennent la survenue d’une fracture du fémur ou de l’acétabulum, une lésion nerveuse ou vasculaire (vaisseau sanguin).

Les complications médicales peuvent inclure: la thrombophlébite, l’embolie pulmonaire, des caillots sanguins dans les jambes, des saignements, des complications urologiques, et  très rarement même le décès. Parmi les autres complications qui peuvent survenir dans n’importe quelle chirurgie, notons des problèmes cardiaques, gastro-intestinaux, rénaux et pulmonaires. Bien que l’inflammation des veines des jambes (phlébite) ne soit pas rare, la survenue symptomatique de caillots sanguins a été grandement réduite grâce à l’utilisation de dispositifs de compression des jambes à l’hôpital et des médications fluidifiantes du sang comme l’aspirine. Une mobilisation précoce (marcher et bouger son pied vers le haut et vers le bas) est essentielle pour la réduction du développement de caillots sanguins.
Les complications à long terme telles que l’usure, la raideur ou le relâchement des composantes de la prothèse sont autant liées au comportement du patient qu’au succès de la chirurgie.  Au cas où l’une de ces complications survient, elle peut souvent être corrigée en procédant à une révision chirurgicale.

Liste de vérification pour le rendez-vous de consultation

Ce qu’il y a lieu d’apporter

  • Radiographies, voir explication ci-dessous
  • L’information du patient complétée
  • L’autorisation d’assurance signée
  • Vos cartes d’assurance
  • Référence de votre Médecin traitant, s’il y a lieu
  • La liste de toute médication courante
Clipboard healthcare emr web record concept. Medicine, health care concept - doctor presses rx checklist pencil button. Appointments, disease private history treatment medical network people

Radiographies, Scintigraphies Osseuses, Tomodensitométries, IRMs de la Hanche ou du Genou

Si vous avez un rendez-vous pour des radiographies à l’Institut orthopédique Rothman, veuillez arriver au moins 15 minutes avant l’heure prévue.

Si vous apportez des clichés radiographiques avec vous le jour de votre rendez-vous, ils doivent être récents pour être utiles à votre entrevue avec le médecin (ne datant pas plus que trois ou quatre mois). Si vous avez des clichés anciens, veuillez  les apporter pour comparaison.

Si vous apportez des scintigraphies osseuses, des tomodensitométries, ou des clichés d’IRM de la hanche ou du genou veuillez apporter aussi une copie du rapport écrit.

Si Vous Venez Pour Une Évaluation de Remplacement de Hanche ou un Genou Douloureux, veuillez Apporter Les Pièces Supplémentaires Suivantes

Examens de Laboratoire

Veuillez apporter toute analyse récente de laboratoire (ne datant pas plus que trois ou quatre mois) en relation avec le remplacement de l’articulation comme  la vitesse de sédimentation  (VS) et la protéine C réactive (CRP).

Si vous avez subi une ponction au niveau de l’articulation de la hanche ou du genou  (“aspiration”) veuillez apporter les résultats de laboratoire de cette procédure.

Dossiers Opératoires

  1. Le “rapport opératoire” de la dernière chirurgie sur votre hanche ou genou. C’est un rapport dicté par le chirurgien qui décrit ce qui a été fait durant l’intervention et surtout quels implants ou “parties” ont été mises ou enlevées pendant la chirurgie.
  2. Les “étiquettes des parties” des implants ou matériel placés pendant votre dernière chirurgie. Ce sont les étiquettes des boites où se trouvait l’implant qui ont été insérées dans le dossier du patient ou le dossier opératoire durant l’intervention. Ces informations sont nécessaires si le rapport opératoire ne spécifie pas le type d’implant utilisé.

Pour la révision chirurgicale, votre médecin a besoin de cette information pour commander les parties à remplacer correspondantes à l’implant que vous portez actuellement. Pour la chirurgie de conversion (convertir une intervention précédente, telle la stabilisation d’une fracture de la hanche, vers une prothèse totale), cette information nous permet d’avoir les outils nécessaires disponibles pour extraire le matériel en place.

Patients

Le remplacement total de la hanche est recommandé aux patients présentant une arthrite accompagnée par une douleur importante et une limitation de la fonction. Puisque la douleur ne peut être mesurée,  le patient et le médecin doivent évaluer ensemble si l’intensité de la douleur est suffisante pour poser une indication de chirurgie. L’âge (jeune ou vieux) est rarement retenu comme critère. Il est important pour les patients de travailler avec leur médecin et orthopédiste en vue d’être dans la meilleure forme possible avant de subir l’intervention.

Remplacement bilatéral de la hanche

Qu’est-ce que le Remplacement ‘’Simultané’’ Bilatéral Total de la Hanche (BTHR)?

Au cours d’une procédure simultanée, les deux hanches sont remplacées en une seule intervention, le même jour et avec la même anesthésie. Ceci signifie qu’il y aura une  seule hospitalisation et une seule période de rétablissement. Certains patients présentent un risque de complications médicales plus élevé s’ils subissent un remplacement bilatéral simultané des hanches. Votre médecin discutera avec vous des mérites relatifs et de l’innocuité de la BTHR simultanée.

Qu’est-ce que le Remplacement Bilatéral Total de la Hanche "Échelonné"?

La procédure échelonnée signifie que le remplacement des deux hanches s’effectue durant deux interventions séparées. Les chirurgies sont planifiées de manière à ce qu’elles soient séparées l’une de l’autre par plusieurs mois d’intervalle, ce qui nécessite donc deux hospitalisations, deux épisodes d’anesthésie et deux périodes de réadaptation. L’intervalle entre les deux chirurgies peut varier selon votre état de santé ;  mais la plupart des chirurgiens préfèrent qu’une durée de trois mois environ, à partir de la première intervention, s’écoule avant de vous faire subir la deuxième intervention.

Pourquoi aurais-je besoin d’avoir un BTHR?

L’indication la plus commune du remplacement bilatéral total de la hanche est l’arthrite sévère, causant de la douleur et de la raideur au niveau des deux hanches, qui interfèrent avec les activités quotidiennes et réduisent de manière significative la qualité de vie de la personne. La raideur peut être importante et rendre les tâches ordinaires, comme mettre ses chaussures et ses chaussettes, très difficiles à effectuer. La douleur s’accentue habituellement  avec les activités comportant un port de charge, telle la station debout ou la marche. L’arthrite de la hanche est une condition évolutive qui s’aggrave généralement avec le temps.

Le candidat idéal pour le remplacement simultané total de la hanche est un individu plus jeune, en meilleure santé, non obèse, qui présente de la raideur, de la douleur, et une limitation des activités réduisant de manière significative sa qualité de vie.

Avantages

Quels sont les avantages du Remplacement Simultané Total de la Hanche?

L’avantage du remplacement simultané des hanches chez un patient proprement sélectionné inclut: Un évènement chirurgical unique, une seule anesthésie, un séjour hospitalier raccourci et la possibilité d’entreprendre une réadaptation des deux hanches en même temps.

Quels sont les avantages du Remplacement Total de la Hanche Échelonné?

Les avantages d’une procédure échelonnée incluent un niveau de stress moins important pour le système cardiovasculaire (cœur et poumons) ainsi qu’une probabilité plus faible de nécessiter une transfusion sanguine en post-opératoire. De manière générale, les patients âgés et/ou obèses et ceux qui ont de graves problèmes de santé sont mieux  traités avec une intervention échelonnée. Votre chirurgien vous aidera à faire le meilleur choix pour vous.

Qui ne serait pas candidat au Remplacement Simultané Bilatéral Total de la Hanche?

Cette procédure n’est pas encouragée chez les patients plus vieux ou obèses ayant des problèmes de santé importants au niveau du cœur,  des poumons et/ou des anomalies vasculaires.  Ces patients sont exposés à un risque accru de complications peri-opératoires.

Complications Possibles

Quels sont les inconvénients d’un remplacement simultané bilatéral de la Hanche?

La procédure simultanée requiert une plus longue hospitalisation et une période de réadaptation plus intense.  Bien que la plupart des patients subissant une BTHR simultanée puissent rentrer directement à la maison après la chirurgie, certains d’entre eux pourraient être référés à un centre de réadaptation.

Conflit fémoro-acétabulaire

Il apparait de plus en plus, que de discrètes anomalies des structures autour de la hanche, résultant en un conflit fémoro-acétabulaire (FAI), peuvent être considérées dans certains cas, comme un facteur contribuant à l’arthrose du sujet jeune. FAI est le contact anormal ou le frottement entre the col fémoral/tête (bille) et la marge acétabulaire (cavité), entrainant la déchirure du labrum et l’avulsion de la région du cartilage sous-jacent, une dégradation continue, et l‘installation éventuelle de l’arthrite.

Le traitement non-chirurgical ne réussit pas habituellement à contrôler les symptômes.

La prise en charge chirurgicale consiste à faire un déboitement de la hanche (tout en préservant la vascularisation de la tête fémorale) et une ostéoplastie fémoro-acétabulaire. Des résultats encourageants du suivi de l’ostéoplastie fémoro-acétabulaire et du traitement arthroscopique du conflit fémoro-acétabulaire ont été rapportés.

1. Labrum (Hanche)

Le labrum est un coussinet fibro-cartilagineux situé en profondeur dans l’articulation de la hanche.  La hanche est une articulation sphéroïde où la bille provient de l’os de la cuisse (fémur) et la cavité, du bassin (acétabulum).  Le labrum est un coussinet de cartilage qui se trouve entre la tête fémorale (bille) et l’acétabulum (cavité).  Il agit comme un stabilisateur et un absorbeur de choc de la hanche. Les déchirures labrales sont fréquentes chez les sportifs. La survenue de déchirures dans le labrum provoque chez les patients une douleur profonde dans l’articulation de  la hanche.  Les déchirures peuvent se produire pour plusieurs différentes raisons.  Lorsqu’une déchirure labrale est symptomatique et que les patients n’ont pas été soulagés par une approche non-chirurgicale telles la physiothérapie.

2. Hanche à ressaut

Il y a trois types de hanche à ressaut: interne (tendon de l’ilio-psoas ou fléchisseur de hanche), intra articulaire (corps flottants), et externe (bande IT).  Chez la plupart des patients, une hanche à ressaut constitue un simple désagrément, cependant il peut mener vers la douleur et le dysfonctionnement, particulièrement au cours des activités sportives.  Ces situations peuvent être traitées par des méthodes arthroscopiques lorsque les mesures non chirurgicales ont échoué.

3. Synovite

Le synovium est le revêtement de nos articulations.  Lorsque ce revêtement est irrité, il peut s’enflammer, causant une douleur à la hanche. La synovite est habituellement secondaire à un problème intrinsèque de la hanche (déchirure labrale, FAI, arthrite) ; mais elle peut être due à une affection primaire du synovium (arthrite inflammatoire).  Le synovium peut être reséqué par arthroscopie lorsque cela est indiqué.

Arthroscopie de la Hanche

L’arthroscopie de la hanche est une technique très particulière, peu invasive et pratiquée en ambulatoire ; cette méthode utilise des caméras à fibre optique et des petits instruments pour traiter les affections douloureuses de la hanche qui relevaient traditionnellement de la chirurgie ouverte à travers de grandes incisions.  Ceci permet une plus rapide convalescence, moins de cicatrices, et un retour à un niveau d’activité précédant la lésion; tout cela rend cette technique idéale pour les sportifs et ceux dont l’âge est inférieur à 55 ans. Plusieurs conditions peuvent être traitées par arthroscopie lorsque la situation l’indique.

Les indications de l’arthroscopie de la hanche sont: les déchirures labrales, les corps flottants, le conflit de la hanche (FAI), la hanche à ressaut, les lésions des cartilages articulaires, les synovites, et la douleur de la hanche.  Grâce aux petites incisions et à l’usage des caméras à fibre optique, ces affections douloureuses peuvent être traitées de manière sécuritaire et efficace en ambulatoire. Les contre-indications de l’arthroscopie de la hanche incluent l’arthrite préexistante, l’obésité, l’infection, et les syndromes douloureux régionaux (par exemple SRDC, fibromyalgie).

Les candidats à l’arthroscopie de la hanche sont:

  • Les patients avec une douleur de hanche associée à des déchirures labrales +:- FAI
  • Les patients avec un syndrome de claquage de la hanche
  • Les patients pré-arthrosiques avec une douleur de hanche et des déchirures labrales +/- FAI
  • Les patients pré-arthrosiques avec une douleur de hanche associée à une synovite
  • L’arthroscopie de la hanche n’est pas une technique ordinaire, aussi l’expérience de votre chirurgien est un facteur important à considérer.

Reprise Chirurgicale

La reprise chirurgicale (ou “révision”) diffère du remplacement total de la hanche effectué la première fois qualifié de ‘’primaire’’. Durant la révision, quelques-unes ou toutes les composantes d’origine pourraient avoir besoin d’être enlevées et remplacées par de nouveaux éléments.

Récupération

Comment sera mon séjour hospitalier?

Vous arriverez le matin de votre chirurgie et serez préparé pour l’intervention. On vous amènera à la zone d’attente préopératoire où votre chirurgien ou un membre de l’équipe marquera la zone concernée par l’intervention. Vous rencontrerez l’équipe d’anesthésie et les infirmiers qui seront impliqués dans votre intervention.

Après la chirurgie,  vous vous réveillerez dans l’unité de soins post-anesthésie (PACU) en attendant que votre anesthésie se dissipe. Vous serez ensuite transféré à votre chambre. Dès que l’anesthésie spinale s’est estompée, la physiothérapie vous aidera à vous lever du lit et vous commencerez à marcher. Dès lors que vous pouvez marcher, avoir une alimentation normale et que la douleur est bien contrôlée, vous pourrez quitter l’hôpital.

Combien de temps serai-je hospitalisé?

En moyenne, les patients restent hospitalisés entre 0-3 nuits après la révision chirurgicale de la hanche totale. Votre sortie peut se faire au plus tôt le jour même de la chirurgie, ou être retardée, selon la complexité de la reprise.

Jusqu’à quel point la reprise chirurgicale de la hanche est-elle douloureuse?

Il n’y a pas de chirurgie sans douleur, et la révision du remplacement de la hanche ne fait pas exception. Cependant, la douleur secondaire à la révision devrait être facile à gérer.

Comment sera prise en charge ma douleur?

La plupart des patients qui subissent une révision de la chirurgie de remplacement de la hanche sont opérés sous anesthésie spinale avec une sédation, de cette manière ils ne seront pas éveillés pendant la chirurgie. Ce type d’anesthésie a de nombreux avantages, le plus important étant la prolongation du soulagement de la douleur plusieurs heures après la chirurgie. De plus, les études ont démontré que par comparaison avec l’anesthésie générale, l’anesthésie spinale a d’autres avantages, dont une diminution du saignement peropératoire, et un risque moindre de développer des caillots sanguins. La relaxation musculaire apportée par l’anesthésie spinale facilite aussi l’intervention chirurgicale qui peut par conséquent, être moins traumatique pour le patient. Parfois, l’anticipation d’une révision chirurgicale de longue durée ou complexe, rend nécessaire l’utilisation de l’anesthésie générale (c’est-à-dire avec utilisation d’un tube pour respirer). L’anesthésie générale est aussi un moyen sécuritaire et efficace pour la réalisation d’une chirurgie de la hanche.

Après la chirurgie, les patients reçoivent généralement une médication antalgique par voie orale. Ceci épargne au patient les effets secondaires d’une médication plus forte intraveineuse. En cas de nécessité, Il est aussi possible d’utiliser les médicaments par voie intraveineuse. Souvent, les patients quittent l’hôpital avec une ordonnance pour les mêmes pilules contre la douleur qui les ont soulagés durant leur séjour.

Les patients peuvent aussi atténuer leur douleur par d’autres moyens que les médicaments antalgiques. Par exemple, l’application de glace et l’élévation la région de la hanche après la physiothérapie, peuvent contribuer grandement à contrôler l’œdème bien souvent responsable de l’inconfort après une telle activité.  Rester actif peut aussi aider à prévenir la raideur et l’œdème qui peuvent être responsables de la douleur.

Puis-je prendre un médicament antalgique?

Beaucoup de patients expriment leurs inquiétudes concernant la prise d’antalgiques après la chirurgie, particulièrement vis-à-vis de la dépendance aux narcotiques.  Bien qu’il soit possible de devenir dépendant aux antalgiques de type narcotique, ceci survient rarement quand la médication est prise de façon appropriée après l’intervention.  La douleur en phase post-opératoire est justifiée, aussi il est convenable de prendre une médication antalgique selon les directives de votre chirurgien, à ce moment. Bien souvent, on a besoin d’une dose moindre de narcotique  pour contrôler la douleur d’une personne lorsque le médicament est pris de manière adéquate – c’est-à-dire quand le patient commence à ressentir une gêne concrète. En phase post-opératoire précoce, les patients ne devraient pas ‘’se retenir’’ de prendre le médicament antalgique en pensant que la douleur va se calmer avec le temps.  Les patients qui ‘’se retiennent’’ jusqu’à ce que leur douleur devienne trop importante vont avoir besoin d’une dose plus élevée de narcotique pour apaiser leur douleur, que celle dont ils auraient eu besoin s’ils avaient pris leur antalgique plus tôt. Cela augmente aussi chez eux le risque de ressentir l’effet secondaire de la médication antalgique.

Quels sont les effets secondaires de la médication antalgique?

Les effets secondaires de la médication antalgique et de l’anesthésie incluent la nausée, la constipation, et parfois une sensation de fatigue. La manifestation de ces signes ne signifie pas que le patient est allergique au médicament. Souvent, si le patient est incommodé par ces effets, on peut soit ajuster la dose, ou essayer un autre médicament, afin de les minimiser. Veuillez s‘il vous plait appeler le cabinet de votre chirurgien pour tout problème concernant vos médicaments.

Quand aurai-je ma première visite post-opératoire au cabinet de consultation?

La première visite post-opératoire au cabinet a lieu généralement  2 à 6 semaines à  compter de la date de l’intervention. Si vous avez des agrafes, ou des sutures visibles,  elle se fera souvent 2 semaines après la date d’intervention.

Quand m’enlèvera-t-on les sutures?

Les agrafes ou sutures seront enlevées environ 2 semaines après la date d’intervention. Certains patients n’auront pas d’agrafes ou de sutures visibles, donc il n’y aura rien à enlever.

Quand m’enlèvera-t-on le pansement?

Si vous avez un pansement particulier qui ressemble à une grande bande adhésive, vous pourrez prendre une douche avec le pansement en place.  Le pansement doit être enlevé 5 à 7 jours après la date de chirurgie. Si vous avez un pansement de gaze collé sur votre hanche, il sera retiré probablement avant votre sortie de l’hôpital. Sinon, il pourra être enlevé 2 jours après la chirurgie et la zone doit rester propre et sèche.

Combien de temps resterai-je sous anticoagulants (fluidifiants sanguins)?

Ces fluidifiants sanguins sont prescrits pour 2 à 6 semaines après l’intervention. Si on vous a prescrit de l’aspirine, il faudra en prendre une ou deux fois par jour pendant 4 semaines, comme indiqué par votre chirurgien. Si vous êtes sous warfarine (Coumarine), vous devrez subir un prélèvement sanguin 2 fois par semaine pour s’assurer que vous recevez la dose appropriée de médication. Votre médecin traitant qui a autorisé la chirurgie prendra en charge la surveillance de la warfarine avec les tests de laboratoire et vous communiquera les doses à prendre. En l’absence de médecin généraliste,  ce sera bien souvent votre cardiologue qui vous guidera pour ajuster votre dose de Coumarine. Parfois, d’autres médications sont utilisées pour réduire le risque de caillots sanguins, et vous devrez suivre les directives de votre médecin lorsque vous serez sous ces médicaments.

Est-il normal d’avoir un œdème au niveau de ma cuisse, genou, jambe, pied, et cheville ?

Oui, pendant trois à six mois. Pour diminuer l’œdème, élevez votre jambe et appliquez de la glace par session de 20 minutes (3-4 fois par jour).

Est-il normal de ressentir un engourdissement autour de la hanche?

Oui, il est normal de sentir un engourdissement autour de l ‘incision.

Pourquoi ma jambe est-elle ecchymosée?

Il est courant d’avoir des ecchymoses sur la peau. Cela vient de l’accumulation normale de sang après la chirurgie.

Quel exercice dois- je pratiquer à la maison?

Veuillez s’il vous plait faire les exercices selon les instructions de votre chirurgien. Rappelez-vous que lorsque vous utilisez votre hanche pour accomplir des tâches (par exemple déambuler),  c’est en réalité de la physiothérapie que vous faites pour votre hanche. Vous avez peut être reçu un lien pour un programme de physiothérapie appelé ‘’FORCE Therapeutics’’qui pourra vous guider vers les types d’exercices sécuritaires appropriés après un remplacement total de la hanche.

Pendant combien de temps aurais-je besoin de déambulateur, de canne, ou de béquilles?

Cela varie en fonction du patient. Souvent les patients vont initialement utiliser un déambulateur après la chirurgie. Certains patients peuvent se voir restreindre le port de charge  après la reprise chirurgicale, alors que pour d’autres, cela n’est pas nécessaire. Votre chirurgien vous informera sur votre statut concernant le port de charge, après votre chirurgie.

Dois-je prendre des précautions pour ma hanche?

Des restrictions dans l’amplitude du mouvement ou “précautions pour la hanche” après une reprise chirurgicale, sont communes pendant une certaine période post-opératoire. Certains patients pourraient ne pas avoir à prendre de précautions alors que d’autres auront à le faire.  Votre chirurgien vous parlera de ces précautions après votre chirurgie.

Puis-je sortir de chez moi avant ma première visite post-opératoire ?

Oui, nous vous encourageons à le faire.

Puis-je conduire ou me déplacer en voiture avant ma première visite post-opératoire ?

Oui, vous pouvez circuler en voiture; cependant, pour conduire vous devez avoir cessé de prendre toute médication antalgique; c’est au patient que revient la responsabilité de déterminer sa propre sécurité. Les patients doivent être en mesure de manœuvrer leur voiture de manière sécuritaire.

Puis-je prendre l’avion avant ma première visite post-opératoire ?

Oui, vous pouvez prendre l’avion. Assurez-vous de vous lever et de bouger à de fréquents intervalles afin de prévenir la formation de caillots. Il se peut que vous soyez plus confortable dans un siège côté couloir.

Quels sont les résultats en rapport avec la fonction et le soulagement de la douleur?

Le succès ultime de l’intervention devrait être le même, qu’il s’agisse d’une procédure simultanée ou échelonnée.

Votre chirurgien est la meilleure ressource pour vous aider à décider ce qui vous convient le mieux.

Complications possibles

La révision des remplacements totaux de la hanche comporte de plus grands risques que les remplacements primaires totaux. Le risque de lésions des nerfs et des vaisseaux sanguins, est plus élevé; Il y a plus de risque à développer des caillots aux jambes et aux poumons, plus de risque d’infection en raison de la procédure chirurgicale supplémentaire venue s’ajouter. Les patients qui ont subi une révision d’un remplacement total de la hanche peuvent avoir à se soumettre à une reprise chirurgicale ultérieure. Bien que l’inflammation des veines de la jambe (phlébite) ne soit pas rare, la survenue symptomatique de caillots sanguins a été réduite de manière importante par l’utilisation de dispositifs de compression en milieu hospitalier et de fluidifiants sanguins tels que l’aspirine. Une mobilisation précoce (marcher et bouger son pied en haut et en bas) est essentielle pour la réduction de la survenue des caillots sanguins. D’autres complications incluent le déplacement, l’infection, l’usure, la raideur ou le relâchement des composantes de la prothèse.  Au cas où l’une de ces complications survient, elle peut être corrigée par une autre révision chirurgicale.

Les inconvénients de la procédure échelonnée sont dus au fait qu’elle exige deux hospitalisations, deux sessions d’anesthésie et qu’elle retarde la reprise complète du travail en raison de l’incapacité, par comparaison avec le remplacement simultané des hanches.

La nécrose avasculaire (osteonecrose)

La nécrose avasculaire (AVN), appelée aussi ostéonécrose, est une maladie qui résulte en une destruction osseuse.  Cette destruction survient dans une partie de la tête fémorale (la bille située à l’extrémité supérieure de l’os de la fesse et qui occupe la cavité de la hanche).

Symptômes

Les symptômes de la nécrose avasculaire sont variables; bien souvent, la douleur est absente au début. Le signe le plus fréquent est une douleur à la hanche localisée typiquement au niveau de la région de l’aine.  Aux stades précoces de la maladie, les radiographies simples sont souvent normales. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) peut nous permettre de détecter la nécrose avasculaire avant qu’elle n’apparaisse sur les radiographies.

Causes

Les causes de la nécrose avasculaire ne sont pas complètement comprises, mais il semble que cela soit en relation avec une interruption circulatoire au niveau de la tête fémorale. Voici quelques-unes des causes possibles :
1. Lésion des vaisseaux sanguins secondaire à la fracture (exemple : fracture de la hanche)
2. Lésion interne des vaisseaux sanguins (exemple : vasculite, radiothérapie)
3. Un caillot qui obstrue le vaisseau sanguin (exemple : drépanocytoses, corticoïdes, alcool)

Bien que le mécanisme de la nécrose osseuse soit évident dans certains cas (comme l’arrêt circulatoire dû à une fracture osseuse ou à la présence de caillots dans les vaisseaux sanguins), dans la plupart des cas, la cause reste mal comprise. Les personnes ayant utilisé de fortes doses de corticoïdes ou pris de l’alcool sur de longues périodes pourraient présenter un risque plus élevé de développer cette maladie.

Traitement

Le traitement non-chirurgical peut consister en un appui protégé (en particulier, port de charge partiel avec des béquilles) pendant six mois, suivi d’une réévaluation. Les anti-inflammatoires non-stéroïdiens ou l’acétaminophène peuvent contribuer à soulager la douleur. D’autres médicaments, comme ceux permettant de modérer la perte osseuse, y sont associés. Cependant, en dépit de la protection apportée par le système d’appui et la médication, le risque d’aggravation de l’état de la hanche reste possible.

La bursite trochantérienne et la tendinite

La bursite trochantérienne est le syndrome clinique le plus fréquent de la pathologie de cette région. Les injections locales de corticoïdes représentent encore la modalité principale du traitement conservateur mais cela n’est pas suffisant pour prévenir la rechute ou la chronicité qui peut mener aux déchirures du tendon.

Les claquages musculaires de la région de la hanche  surviennent lorsqu’un muscle étiré est forcé à se contracter brusquement. Une chute ou un choc direct sur le muscle, ou un étirement excessif et une surutilisation, peuvent déchirer les fibres musculaires, et produire un claquage. Le risque de claquage musculaire augmente en cas d’antécédent de lésion dans la région,  d’un échauffement inadéquat avant l’exercice ou la tentative de trop en faire trop rapidement. Les claquages peuvent être bénins, modérés ou sévères, selon l’étendue de la lésion.

La tendinite est un terme général désignant une inflammation associée à un tendon. Les tendons connectent les muscles à l’os, et l’inflammation de ces structures, similaires à des cordes, est la cause la plus commune de la douleur associée du tissu mou. La tendinite diffère de l’arthrite, qui elle, se réfère à l’inflammation d’une articulation. La survenue d’une tendinite est habituellement attribuée à une surutilisation de la région associée. Avec l’âge, le mouvement répétitif peut léser the tendon à l’endroit où il se rattache à l’os, ce qui alimente la réponse inflammatoire du corps. Cette inflammation peut causer de la “douleur au mouvement,” de l’œdème, chaleur, sensibilité, et rougeur. Ce dernier symptôme se nomme “érythème” et désigne la dilatation des petits vaisseaux sanguins situés en surface ou  capillaires, faisant suite au processus inflammatoire.

Traitement:

Il existe une grande variété de traitements conservateurs:

. Thérapie à domicile (semelles intérieures, bâtons/béquilles pour la marche, orthèses,  exercices d’étirement et mesures préventives);

. Physiothérapie (massage et exercices d’étirement);

. Infiltrations (corticoïdes et anesthésiques);

. Infiltrations guidées par l’imagerie (fluoroscopie et ultrasons);

. Thérapie par ondes de choc;

. Injection de plasma riche en plaquettes;

. Traitement médicamenteux.

Traitement chirurgical:

Réinsertion chirurgicale du tendon du moyen fessier

Traitement conservateur de la hanche

Le traitement conservateur, ou non-chirurgical est efficace aux stades précoces de l’arthrite.  La prise en charge conservatrice inclut la perte de poids, le changement d’activité, les médicaments anti-inflammatoires ou les injections de cortisone.

Douleur de la Hanche

Une douleur à la hanche peut être due à plusieurs causes.  Celles-ci peuvent être classées en problèmes de hanche primaires, secondaires, et douleur référée.  La douleur de la hanche primaire peut être due à des déchirures labrales, une FAI, une hanche à ressaut, une synovite, une arthrite, des corps flottants, ou d’autres causes. Les problèmes de hanche secondaires incluent l’instabilité (anomalie du tissu conjonctif, dysplasie), la bursite, et le syndrome piriforme entre autres.  La douleur référée peut venir entre autres du bas du dos, de l’articulation sacro-iliaque, d’un déséquilibre musculaire.  Le traitement de la douleur de la hanche dépend de la cause primaire.

Arthrite inflammatoire – Hanche

L’œdème et la chaleur (inflammation) du revêtement articulaire appelé synovium entraine une libération d’enzymes qui ramollissent et détruisent éventuellement le cartilage. L’arthrite rhumatoïde, le lupus et l’arthrite psoriasique sont de nature inflammatoire.

Ostéoporose

L’ostéoporose est une maladie osseuse qui survient lorsque votre corps perd de la matière osseuse, n’en produit pas suffisamment, ou les deux à la fois. Cela fragilise les os et peut déterminer une fracture secondaire à un traumatisme minime, voire même un éternuement.

L’os normal ressemble à un nid d’abeille. Dans l’ostéoporose les trous du nid d’abeille s’élargissent, rendant l’os plus fragile. Des os affaiblis augmentent votre risque de fracture.

Vous ne ressentez rien lorsque les os deviennent plus fragiles, aussi, vous ne saurez que vous avez une ostéoporose qu’après la survenue d’une fracture. Une femme sur deux et un homme sur quatre, âgés de 50 ans ou plus, auront une fracture de l’os par ostéoporose.

Soins pour l’ostéoporose

Il est important de consulter un praticien de santé, en cas de fracture de fragilité, c’est-à-dire une fracture qui survient après un traumatisme léger ou pas de traumatisme du tout, afin de vérifier si vous êtes atteint d’ostéoporose. Votre praticien peut demander un DEXA scan. C’est un examen radiographique spécial qui mesure votre densité osseuse pour vérifier s’il existe une ostéoporose.

Votre praticien peut demander des examens sanguins pour s’assurer que l’ostéoporose n’est pas due à une autre cause que celle liée à l’âge.

Votre praticien vous reverra dans son cabinet pour discuter de vos résultats. Sur la base de ces résultats, il vous proposera un plan thérapeutique.  Cela peut inclure la physiothérapie, la médication et le changement de style de vie.

La réduction du risque de chute peut aider à diminuer vos chances de subir une fracture de fragilité. Voici quelques moyens potentiels pour minimiser les risques:

  • Faire installer des barres d’appui dans votre salle de bain près des toilettes et dans la douche.
  • Utiliser des tapis antidérapants dans la baignoire ou la douche.
  • Assurez-vous que tous les cordons et câbles sont en sécurité et hors des allées en les attachant au sol ou au mur.
  • Enlever toutes les carpettes.
  • Placer les articles fréquemment utilisés dans des endroits faciles d’accès pour éviter de se pencher, de s’abaisser, ou d’allonger le bras.
  • S’assurer que votre domicile est bien éclairé, particulièrement en haut et en bas des escaliers.
  • S’assurer que votre chambre à coucher et salle de bains sont bien éclairées.
  • Porter des chaussures à talons courts avec des semelles en caoutchouc pour une meilleure adhérence.
  • Maintenir l’extérieur de votre domicile libre de tout encombrement.
  • Allumer les lampes d’intérieur et d’extérieur quand vous quittez votre domicile afin que cela soit bien éclairé à votre retour.

De plus, vous pouvez réduire votre risque d’ostéoporose en suivant ces suggestions:

  • Éviter de fumer.
  • Limiter la prise d’alcool à moins de 2 verres par jour.
  • Être actif. Participer dans un programme d’exercices quotidien de port de poids. Marcher tout simplement est un excellent exercice.
  • Limiter la prise de caféine.
  • Avoir un régime riche en calcium et en vitamine D.
  • Maintenir un poids optimal.